Accueil > Rechercher des matières actives > Fiche Matière active

Fiche Matière active


Toxicologie de la matière active : fluoxastrobine

La fiche Matière active synthétise les données relatives à la santé et à l’environnement de la matière active sélectionnée. Pour obtenir plus d'information, consultez les fiches détaillées.



Fiche matière active

  Information

Rapidement absorbée par le végétal, la fluxastrobine agit sur la respiration cellulaire en bloquant le transfert d'électrons au niveau du complexe III de la chaîne respiratoire mitochondriale. Son action sur les champignons est préventive en affectant efficacement les phases précoces de l'infection : la germination des spores, la croissance du tube de germination et la formation de l'appressorium. Elle est également curative capable d'agir sur l'haustorium, la croissance du mycélium et sur la sporulation. La fluoxastrobine est active sur un grand nombre de champignons des plantes cultivées dont les maladies des céréales : fusarioses, helminthosporioses, oïdium, piétin-verses, rhynchosporiose, rouilles, septorioses. (Référence : Association de coordination technique agricole. Index phytosanitaire ACTA 2021.)

FXS
361377-29-9
fluoxastrobin
Fongicide

Comportement sur la culture : Systémique

Comportement sur le champignon : Action curative

Comportement sur le champignon : Action préventive

Dihydro-dioxazines
11
Élevé
Un plan de gestion de la résistance est requis. La résistance au groupe 11, fongicides Qol (strobilurines), est commune chez plusieurs espèces de champignons. Résistance croisée entre les matières actives de ce groupe.

Effets sur les fonctions physiologiques : respiration. 
Mode et site d’action : inhibiteur externe de la quinone (Quinone outside inhibitors (Qol)). Inhibiteur du complexe III, du cytochrome bc1 (ubiquinol oxidase), dans la chaîne respiratoire mitochondriale au site Qo (gène cyt b). Complexe III: cytochrome bc1 (ubiquinol oxidase) au site Qo (gène cyt b). 
Nom du groupe : fongicides Qol (quinone outside inhibitors) ou IQe (inhibiteurs externes de la quinone). 

Légende :
Extrêmement Élevé
Extrêmement
élevé
Élevé
Élevé
Modéré
Modéré
Léger
Léger
Faible
Faible
Signification des symboles de risque
La fluoxastrobine est faiblement toxique chez le rat quelle que soit la voie d'exposition. Elle est légèrement irritantepour les yeux, mais peu ou pas pour la peau chez le lapin. Elle n'est pas un sensibilisant cutané chez le cobaye.
Après des expositions répétées par voie orale, le foie a été la principale cible chez toutes les espèces soumises à l’essai. Outre le foie, les reins et la vessie ont été une cible de la toxicité de la fluoxastrobine. Dans l’étude combinée de toxicité et de cancérogénicité chroniques chez le rat, on a constaté une augmentation des adénocarcinomes utérins liée au traitement, une augmentation des saignements vaginaux, des nodules utérins et de l’hyperplasie glandulaire focale de l’utérus. Cependant, les tumeurs sont apparues à la dose limite et en présence d’une toxicité excessive représentée notamment par une diminution de 18 % du poids corporel et une diminution de 36 % de la prise pondérale. Par conséquent, ces tumeurs n’ont pas été considérées comme significatives pour l’évaluation des risques pour la santé humaine. La fluoxastrobine n'était pas toxique pour le développement chez le rat et le lapin et elle n'a pas affecté la reproduction chez le rat. La fluoxastrobine n'est ni génotoxique ni neurotoxique et elle n'affecte pas la fonction endocrinienne.
La fluoxastrobine est toxique chez les poissons d'eau douce (CL50 de 435 µg/L pour la truite arc-en-ciel), les invertébrés aquatiques d’eau douce (CL50 de 480 µg/L pour Daphnia magna) et les algues (CE50 de 260 µg/L pour Pseudokirchneriella subcapitata). Elle est modérément toxique chez les plantes aquatiques (CE50 de 1200 µg/L pour Lemna gibba).
La fluoxastrobine est faiblement toxique chez les oiseaux exposés par voie orale (DL50 supérieure à 2000 mg/kg p.c. chez le colin de Virginie).
Ce fongicide est faiblement toxique chez les abeilles.
Modérée
La fluoxastrobine a une persistance faible à élevée dans les sols aérobies (demi-vie de 11,2 à 329 jours). Elle est peu persistante dans l’eau en milieu aérobie (demi-vie de 1,98 à 4,87 jours) et dans l’eau en condition anaérobie (demi-vie de 19,3 jours). En condition abiotique, la fluoxastrobine est stable à l’hydrolyse et à la photolyse sur le sol (demi-vie de 318 jours), mais elle est susceptible de se dégrader par la photolyse dans l’eau (demi-vie de 27,7 jours). Le principal produit de dégradation observé dans les études de sol est la fluoxastrobine-déchlorophényl.
Modéré
La constante d'adsorption sur le carbone organique (Koc) de la fluoxastrobine est de 541,3 ml/g. Elle est donc modérément adsorbée sur la matière organique du sol. Le principal produit de dégradation, la fluoxastrobine-déchlorophényl, est très mobile dans les sols (Koc de 12,98 ml/g). La fluoxastrobine est non volatile à partir des sols humides et de l'eau selon la constante de la loi de Henry (H = 1,0 x 10-12 atm.m3/mol).
Logo Partenariat canadien pour l’agriculture

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.