Accueil > Rechercher des matières actives > Fiche Matière active

Fiche Matière active


Toxicologie de la matière active : cyperméthrine

La fiche Matière active synthétise les données relatives à la santé et à l’environnement de la matière active sélectionnée. Pour obtenir plus d'information, consultez les fiches détaillées.



Fiche matière active

  Information

Elle agit par contact et ingestion sur un grand nombre d'insectes, à des doses très faibles. La cypermethrine empêche la transmission des impulsions nerveuses le long du système nerveux des insectes, en bloquant le canal sodium  des membranes nerveuses. Elle possède également un effet répulsif : inhibition de la ponte chez les adultes et de nourriture chez les larves. (Référence : Association de coordination technique agricole. Index phytosanitaire ACTA 2021.)

CYM
52315-07-8
cyperméthrin
Insecticide, Médicament topique destiné aux animaux

Comportement sur la culture : Non systémique

Mode de pénétration sur l'ennemi : Insecticide de contact

Mode de pénétration sur l'ennemi : Insecticide d'ingestion

Pyréthroïdes synthétiques
3A
Modéré
Liste des insectes confirmés résistants au Québec : doryphore de la pomme de terre, fausse-teigne des crucifères, tordeuse à bandes obliques. Liste des insectes et acariens soupçonnés résistants au Québec : aleurode des serre, aleurode du tabac, carpocapse de la pomme, cécidomyie du chou-fleur (aucun cas de résistance confirmé mondialement), mouche mineuse serpentine américaine, punaise terne, pyrale du maïs, tétranyque à deux points, thrips de l'oignon, thrips des petits fruits.

Effets sur les fonctions physiologiques : nerf et muscle. 
Mode et site d’action : modulateur du canal ionique sodium. Action toxique au niveau des axones par interférence avec le fonctionnement du canal sodium, au niveau du SNC et du SNP, par stimulation de décharges nerveuses à répétition causant la paralysie.

Légende :
Extrêmement Élevé
Extrêmement
élevé
Élevé
Élevé
Modéré
Modéré
Léger
Léger
Faible
Faible
Signification des symboles de risque

La cyperméthrine est modérément toxique par voie orale et légèrement par inhalation. Elle est peu irritante, mais elle est considérée comme un sensibilisant cutané possible selon l'ensemble des différents essais réalisés. Une paresthésie peut apparaître chez des travailleurs exposés, mais les symptômes sont temporaires et disparaissaient après l'exposition.

D’après les résultats des études exigées à doses répétées par voie orale, les indicateurs les plus sensibles d’une toxicité étaient les signes de neurotoxicité. Parmi les autres effets notables à fortes doses dans les études à doses répétées par voie orale figuraient des effets sur le foie chez le rat et la souris, des effets hématologiques et rénaux chez le rat et des effets sur les testicules chez toutes les espèces soumises aux essais. La cyperméthrine augmentait l’incidence des tumeurs bénignes à cellules de Leydig chez les rats mâles. Ces tumeurs ont été considérées comme liées au traitement à la lumière des données constantes de toxicité testiculaire et d’activité anti-androgénique de la cyperméthrine dans toute la base de données. Leur importance toxicologique sur le plan de la santé humaine était classée faible par l'ARLA. La cyperméthrine est classée comme un cancérigène possible en raison d'une incidence accrue d'adénomes pulmonaires bénins et d'adénomes et carcinomes combinés chez les femelles dans une étude de cancérogénicité chez la souris. 

Aucun signe d’effet indésirable sur l’accouplement ou la fertilité n’a été observé dans des études multigénérationnelles de toxicité pour la reproduction par voie orale chez le rat. Dans les études de toxicité pour le développement, la cyperméthrine n’a pas entraîné d’effet sur le développement chez les rats et les lapins après une administration par gavage de doses toxiques pour les mères. Cependant, il existe une incertitude résiduelle concernant la sensibilité des jeunes. Par ailleurs, il y des indications dans la base de données  qui suggère que la cyperméthrine puisse causer une perturbation de la fonction endocrinienne. Les études de génotoxicité avec la cyperméthrine ont donné des résultats discordants.

La cyperméthrine est très toxique chez les poissons d'eau douce (CL50 - 96 h de 0,39 µg/L chez la truite arc-en-ciel) et les invertébrés aquatiques d’eau douce (CE50 – 48 h de 0,42 µg/L pour Daphnia magna). Elle est toxique pour les algues vertes (CE50 - 96 h de 100 µg/L pour Selenastrum capricornutum). La valeur du log P de la cyperméthrine indique qu'elle a un fort potentiel de bioaccumulation dans les tissus des organismes aquatiques.

La cyperméthrine est faiblement toxique chez les oiseaux exposés par voie orale (DL50 > 9 520 mg/kg p.c. chez le canard colvert et DL50 > 2 000 mg/kg p.c. chez le colin de Virginie).

Cet insecticide est toxique chez les abeilles (DL50 par voie orale de 0,172 µg/abeille et DL50 par contact de 0,023 µg/abeille).

Modérée

La cyperméthrine est de faiblement à modérément persistante dans les sols en condition aérobie (demi-vie de 20 à 61 jours) et modérément persistante en condition anaérobie (demi-vie de 53 à 63 jours). Elle est faiblement persistante dans l’eau en condition aérobie (demi-vie de 7,0 jours) et en condition anaérobie (demi-vie de 6,7 jours). Cet insecticide est stable à l’hydrolyse en milieu neutre et acide, mais s’hydrolyse rapidement en milieu alcalin (demi-vie de 1,8 à 2,5 jours à pH 9). La photolyse au sol de la cyperméthrine est lente (demi-vie de 128 à 219 jours), mais elle se dégrade plus rapidement par photolyse dans l’eau (demi-vie de 20 à 36 jours).

Dans les sols en condition aérobie, les produits de dégradation principaux de la cyperméthrine sont le CO2 et un mélange de l'acide cis-3-(2,2-dichlorovinyl)-2,2-diméthylcyclopropanecarboxylique (cis-DCVA) et de l'acide trans-3-(2,2-dichlorovinyl)-2,2-diméthylcyclopropanecarboxylique (trans-DCVA). En condition anaérobie, les produits de transformation principaux sont les mêmes qu’en condition aérobie ainsi que l’acide 3-phénoxybenzoïque (3-PBA). Dans l’eau en condition aérobie, les produits de dégradation principaux de cet insecticide sont le 3-PBA, le cis-DCVA et le trans-DCVA. En condition anaérobie, les produits de dégradation principaux sont le 3-PBA et le trans-DCVA.

Faible

La constante d'adsorption sur le carbone organique (Koc) de la cyperméthrine est de 20800 à 328500 ml/g. Elle est donc immobile dans les sols et son potentiel de lessivage est faible. Elle est peu volatile à partir des sols humides et de l'eau selon la constante de la loi de Henry (H = 3,4 x 10-7 atm.m3/mol).

Le produit de transformation trans-DCVA est mobile dans le sol (koc de 18 à 48 ml/g). Quant au produit de transformation 3-PBA, il est modérément mobile dans le sol (koc de 118 à 215 ml/g).

Logo Partenariat canadien pour l’agriculture

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.