Accueil > Rechercher des matières actives > Fiche Matière active

Fiche Matière active


Toxicologie de la matière active : Cydia pomonella granulovirus (CpGV) (souche M)

La fiche Matière active synthétise les données relatives à la santé et à l’environnement de la matière active sélectionnée. Pour obtenir plus d'information, consultez les fiches détaillées.



Fiche matière active

  Information

Préparation insecticide biologique à base du granulovirus du carpocapse des pommes et des poires (Cydia pomonella Granulovirus), spécifique de cet insecte. Il agit par ingestion. Préserve la faune utile et en particulier les abeilles. (Référence : Association de coordination technique agricole. Index phytosanitaire ACTA 2021.)

CYD
sans objet
codling moth granolosis virus Strain M, Cydia pomonella Granulovirus Strain M, virus Cydia pomonella granulosis souche M, virus de la granulose de Cydia pomonella souche M
Insecticide
À déterminer
Granuloviruses (GVs)
31
Très faible

Baculoviruses. Virus pathogène spécifique à son hôte (corps d'inclusion viraux).

Liste des insectes et acariens soupçonnés résistants au Québec : carpocapse de la pomme (CpGV (Cydia pomonella granulovirus)).

Effets sur les fonctions physiologiques : virus pathogène spécifique à son hôte (corps d'inclusion viraux). 
Mode et site d’action : infection virale de la membrane cellulaire épithéliale de l'intestin moyen. Suite à l'ingestion, le virus se propage dans les tissus de l'insecte et provoque la mort de celui-ci.

Légende :
Extrêmement Élevé
Extrêmement
élevé
Élevé
Élevé
Modéré
Modéré
Léger
Léger
Faible
Faible
Signification des symboles de risque
a

L’ARLA a effectué un examen détaillé de la base de données toxicologiques pour la souche M du virus de la granulose de Cydia pomonella (CpGV), la matière active comprise dans CYD-X Technique et CYD-X. Les demandes d’exemption relatives aux essais sur l’agent microbien de lutte antiparasitaire (AMLA) ont été jugées acceptables en ce qui concerne la détermination de l’infectivité et de la toxicité orales aiguës, la toxicité et l’infectivité pulmonaire aiguës, l’infectivité intraveineuse, la toxicité et l’irritation cutanées aiguës, l’irritation oculaire et la sensibilisation cutanée. Les justifications de l’exemption sont fondées sur des études menées sur divers autres baculovirus, y compris des nucléopolyédrovirus (NPV) et des granulovirus. Les données disponibles sur la toxicité aiguë de plusieurs baculovirus confirment que ces virus n'infectent pas les vertébrés et peuvent être considérés comme non pathogènes et non toxiques. Aucun effet indésirable n'a été induit après l'administration orale, par inhalation (exposition par le nez uniquement) ou intrapéritonéale de Cydia pomonella GV. 

Selon l'EFSA, plusieurs tests ont été réalisés avec Cydia pomonella GV afin de détecter son potentiel sensibilisant, avec des résultats positifs dans l'un d'entre eux (Magnusson et Kligman). En l'absence d'un test fiable de sensibilisation, comme pour d'autres micro-organismes, la phrase d'avertissement suivante est applicable, liée au potentiel de provoquer des réactions allergiques par inhalation ainsi que par exposition cutanée : "Les micro-organismes peuvent avoir le potentiel de provoquer des réactions de sensibilisation".

a

Aucune étude plus poussée sur la toxicité subchronique ou chronique n’est exigée pour la souche M du virus de la granulose de Cydia pomonella (CYD-X Technique et CYD-X), étant donné que l’on sait que les baculovirus ont un faible potentiel de toxicité aiguë et que les études sur la culture cellulaire mammifère n’ont révélé aucune infectivité, toxicité ou pathogénicité.

D’après ce que semblent indiquer les données disponibles, la souche M du virus de la granulose de Cydia pomonella ne devrait avoir aucun effet nocif sur le système endocrinien. Le virus est non génotoxique pour les cellules humaines et ne se réplique à l'intérieur de celles-ci.

En raison des exemptions accordées quant à l’obligation d’effectuer certaines études de toxicité aiguës et chroniques, il a été impossible de calculer un indice de risque santé (IRS) pour ce produit.

Considérant la faible toxicité générale du produit, un indice de risque par défaut est proposé.


 
 

La souche M du granulovirus de Cydia pomonella ne devrait pas causer de risque inacceptable pour les espèces aquatiques, y compris le poisson d’eau douce, les arthropodes aquatiques, les invertébrés aquatiques non arthropodes et les plantes aquatiques. 

De manière générale, les baculovirus sont très spécifiques à l’hôte. Aucun membre de la famille des baculoviridés n’est reconnu comme infectieux pour les vertébrés ou les végétaux. 

Compte tenu du fait que l’infectivité des granulovirus se limite aux espèces d’insectes compris dans la même famille que l’hôte où le granulovirus a été isolé initialement (dans le cas de la souche M du granulovirus de Cydia pomonella, l’infectivité est limitée à la famille des tortricidés), la souche M du granulovirus de Cydia pomonella aurait vraisemblablement une incidence minime sur les espèces d’arthropodes terrestres non ciblés. 

Les baculovirus sont omniprésents dans l’environnement. L’utilisation du virus insecticide pour lutter contre le carpocapse dans les vergers de pommiers ne devrait pas accroître de façon importante la charge de baculovirus dans l’environnement au-delà des concentrations naturelles. 

Les renseignements dans les documents publiés et d’autres examens internationaux a permis de conclure que la persistance du virus de la granulose de Cydia pomonella sur le feuillage et le fruit après l’application est limitée en raison de la dégradation par le rayonnement ultraviolet. Les particules du virus dans le sol peuvent toutefois persister pendant des périodes plus longues. 

Les corps d’inclusion du granulovirus ne sont pas solubles dans l’eau et sont bien retenus dans le sol. Par conséquent, l’entrée du virus de la granulose de Cydia pomonella dans les systèmes aquatiques par le ruissellement ou le drainage est improbable. 

a L’attribution du symbole de risque a été faite sur la base des conclusions des organismes de décision qui n'ont pas jugé nécessaires toutes les études habituellement exigées pour chacun des effets toxicologiques en raison de la faible toxicité des biopesticides concernés.
Logo Partenariat canadien pour l’agriculture

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.