Accueil > Effets toxiques des matières actives > Fiche

Effets toxiques des matières actives


Information
52645-53-1
permethrin
Insecticide, Acaricide, Médicament topique destiné aux animaux
Pyréthroïde synthétique
3
Modulation au niveau du canal ionique sodium. Action toxique au niveau des axones par interférence avec le fonctionnement du canal sodium au niveau du SNC et du SNP, par stimulation de décharges nerveuses à répétition causant la paralysie.
Légende : Extrêmement Élevé
Extrêmement
élevé
Élevé
Élevé
Modéré
Modéré
Léger
Léger
Faible
Faible
Signification des symboles de risque

La perméthrine possède une faible toxicité aiguë quelle que soit la voie d'exposition. Elle possède peu de propriétés irritantes et n'est pas considérée comme un sensibilisant cutané.
Les animaux de laboratoire qui ont reçu des doses relativement élevées de perméthrine par les différentes voies d'exposition ont démontré des signes cliniques tels que la surexitabilité, des tremblements, des effets sur le poids corporel et celui du foie. Les différentes études sur la cancérogénicité ont démontré l'évidence de 2 types de tumeurs bénignes reproductibles (poumons et foie) chez la souris ainsi qu'une évidence équivoque de cancérogénicité chez les rats Long-Evans. Les études chez les rats et les lapins n'ont démontré aucune sensibilité accrue des petits comparativement aux adultes à la suite d'une exposition in utero ou postnatale. Aucun test n'a été effectué in vivo chez les mammifères pour mesurer les dommages à l'ADN, la mutagénicité et la clastogénicité.

La perméthrine est très toxique chez les poissons d'eau douce (CL50 - 96 h de 0,62 à 314 µg/L chez la truite arc-en-ciel) et pour les invertébrés aquatiques d’eau douce (CE50 – 48 h de 0,039 à 7,2 µg/L pour Daphnia magna). Elle est légèrement toxique pour les algues vertes (CE50 - 96 h de 12 500 µg/L pour Pseudokirchneriella subcapitata). Le potentiel de bioaccumulation dans les tissus des organismes aquatiques est élevé selon le log P de cet insecticide.

La perméthrine est faiblement toxique chez les oiseaux exposés par voie orale (DL50 > 2000 mg/kg p.c. chez le canard colvert).

Cet insecticide est toxique chez les abeilles (DL50 par voie orale de 0,19 µg/abeille et DL50 par contact de 0,05 µg/abeille).

Faible

La perméthrine est faiblement persistante à persistante dans les sols en condition aérobie (demi-vie de 1,88 à 126 jours) et modérément persistante à persistante en condition anaérobie (demi-vie de 50 à 226 jours). Elle est modérément persistante dans l’eau en condition aérobie (demi-vie de 38 à 43 jours) et persistante en condition anaérobie (demi-vie de 113 à 175 jours). Cet insecticide s’hydrolyse lentement en milieu alcalin (demi-vie de 40 à 60 jours à pH 9), mais il résiste à l’hydrolyse en milieu neutre et acide. Sa photolyse au sol et dans l’eau est lente (demi-vie de 104 à 324 jours et de 14 à 85 jours, respectivement).

Dans les sols en condition aérobie ainsi que dans l’eau en condition aérobie et anaérobie, le produit de dégradation principal de la perméthrine est l’acide trans-3-(2,2-dichlorovinyl)-2,2-diméthylcyclopropanecarboxylique (trans-DCVA). Le trans-DCVA et l’acide 3-phénoxybenzoïque sont les principaux produits de dégradation de cet insecticide en sol anaérobie.

Faible

La constante d'adsorption sur le carbone organique (Koc) de la perméthrine est de 28 200 à 491 000 ml/g. Elle est donc immobile dans les sols et son potentiel de lessivage est faible. Elle se volatilise lentement à partir des sols humides et de l'eau selon la constante de la loi de Henry (H = 2,3 x 10-6 atm.m3/mol).