Accueil > Effets toxiques des matières actives > Fiche

Effets toxiques des matières actives


Information
500008-45-7
DPX-E2Y45
Insecticide
Diamide
28
Modulation des récepteurs de ryanodine
Légende : Extrêmement Élevé
Extrêmement
élevé
Élevé
Élevé
Modéré
Modéré
Léger
Léger
Faible
Faible
Signification des symboles de risque

Le chlorantraniliprole possède une faible toxicité aiguë quelle que soit la voie d'exposition. Il est peu ou pas irritant pour la peau et les yeux et il n'est pas un sensibilisant cutané.
Aucun signe de potentiel cancérogène du chlorantraniliprole n’a été observé chez la souris et le rat, à des doses s’approchant de la dose limite de 1 000 mg/kg p.c./j ou la dépassant. En outre, des études de mutagénicité in vitro et in vivo ont indiqué que le chlorantraniliprole n’est pas génotoxique. Chez des rats exposés au chlorantraniliprole, on a observé une légère hausse du stockage de lipides dans le cortex surrénal. Bien que la légère microvésiculation observée était clairement attribuable à l’exposition au chlorantraniliprole, elle est jugée négligeable au plan toxicologique. Rien n’indique que l’exposition in utero ou après la naissance au chlorantraniliprole accroissent la susceptibilité des jeunes animaux. Dans les études de toxicité sur le plan du développement chez le rat et le lapin, les doses égales ou inférieures à la dose limite n’ont produit aucun effet sur les paramètres maternels ou fœtaux. Les essais d’immunotoxicité sur le rat et la souris n’ont révélé aucun effet de l’exposition au chlorantraniliprole sur le poids du thymus ou de la rate, ni sur la réponse anticorps à des érythrocytes de mouton. En outre, aucune indication d’effet nocif sur le système immunitaire n’a été relevée dans les études à long terme sur le rat, la souris ou le chien. Selon ces résultats, le chlorantraniliprole ne pose pas de risque immunotoxique. Le chlorantraniliprole n’est ni neurotoxique ni un perturbateur endocrinien.

Le chlorantraniliprole est légèrement toxique chez les poissons d’eau douce (CL50 -96 h > 13,8 ppm chez la truite arc-en-ciel et > 15,1 pm chez le crapet arlequin). Il est extrêmement toxique chez les invertébrés d’eau douce (CL50/CE50 - 48 h varie de 11,6 à 8,59 ppb).

Le chlorantraniliprole et le IN-EQW78 sont faiblement toxiques chez les oiseaux avec des DL50 aigues par voie orale supérieures à 2250 mg/kg p.c. chez le colin de Virginie. Le chlorantraniliprole est aussi faiblement toxique lors d’une exposition par voie alimentaire avec des CL50 supérieures à 5620 ppm chez le canard colvert et le colin de Virginie.

Cet insecticide est faiblement toxique chez les abeilles avec une DL50 aiguë par voie orale supérieure à 104 > µg/abeille.

Élevée

Le chlorantraniliprole résiste à l’hydrolyse en milieu acide et neutre. Il s’hydrolyse en milieu alcalin (pH 9) avec une demi-vie de 10 jours à 25 °C et de 50 jours à 15 °C. Il se dégrade par photolyse en milieu aqueux avec une demi-vie de 0,31 jour. À la surface du sol, la réaction de photolyse est plus lente (demi-vie de 50 jours à 25 °C). Le chlorantraniliprole se biodégrade lentement dans les sols et dans l’eau. Sa demi-vie dans les sols varie de 228,0 à 924,1 jours (médiane de 490j) en conditions aérobies et est de 208 jours en absence d’oxygène. Dans l’eau, il est persistant en conditions aérobies avec une demi-vie variant de 125 à 231 jours (médiane de 178 j). Il est modérément persistant en conditions anaérobies (demi-vie = 42 j) à 25 °C.

Son principal métabolite, le (2-[3-bromo-1-(3-chloro-2-pyridinyl)-1H-pyrazol-5-yl]-6- chloro-3,8-diméthyl-4(3H)-quinazolinone (IN-EQW78), est également persistant dans les sols aérobies où sa demi-vie varie de 646 à 785 jours. Dans l’eau, ce métabolite est persistant avec des demi-vies de 121 à 680 jours (aérobie) et de 701 jours (anaérobie).

Élevé

Le chlorantraniliprole est modérément mobile dans les sols avec un Koc variant de 153 à 526 ml/g. Étant donné qu’il est persistant, son potentiel de lessivage est élevé. Ceci indique qu’il peut contaminé l’eau souterraine par lixiviation. Il peut aussi contaminer l’eau de surface par ruissellement. Le IN-EQW78, son principal métabolite est immobile dans le sol (Koc = 6366 à 19626 ml/g). Cet insecticide est non volatil (pression de vapeur 4,72 x 10-14 mm Hg à 25 °C).