Accueil > Effets toxiques des matières actives > Fiche

Effets toxiques des matières actives


Information
121-75-5
Insecticide, Acaricide, Médicament topique destiné aux animaux
Organophosphaté
1B
Inhibition de l'enzyme acétylcholinestérase, avec interruption de la transmission de l'influx nerveux.
Légende : Extrêmement Élevé
Extrêmement
élevé
Élevé
Élevé
Modéré
Modéré
Léger
Léger
Faible
Faible
Signification des symboles de risque

Le malathion présente une toxicité aiguë faible par les voies orale et cutanée et par inhalation. Les signes de toxicité aiguë concordent avec l’inhibition de la ChE et sont, notamment des  tremblements, des convulsions, une salivation excessive et une dyspnée. Le malaoxon a une toxicité aiguë élevée par la voie orale. Le malathion cause une irritation oculaire légère et une irritation cutanée peu sévère chez le lapin. Il n’est pas un sensibilisant cutané chez le cobaye dans les conditions expérimentales.

L'exposition chronique au malathion peut conduire à une diminution cumulative de l'activité des cholinestérases à un niveau critique. Les effets rencontrés, outre l'inhibition de l'activité des cholinestérases étaient entre autres, une baisse de la survie et du gain de poids corporel, une augmentation de la consommation de nourriture, des changements dans les paramètres hématologiques, une augmentation de l’activité de la  γ-glutamyl transpeptidase, une augmentation du poids du foie, des reins, de la thyroïde et de la parathyroïde et enfin, une dégénérescence et une hyperplasie de l’épithélium olfactif. Le malathion a été classé comme ayant une évidence suggestive de cancérogénicité même si celle-ci n’est pas suffisante pour bien évaluer le potentiel de cancérogénicité du malathion chez l’humain. Les effets sur le développement sont possibles chez les fœtus des rats qui semblent plus sensibles que les mères. Le malathion n'affecte pas les paramètres de la reproduction. Il n'est ni génotoxique ni un perturbateur endocrinien.

Le malathion est hautement toxique chez les poissons (CL50 - 96 h de 4 µg/L chez la truite arc-en-ciel) et les invertébrés d'eau douce (CE50 – 48h de 1,0 µg/L pour Daphnia magna). La valeur de son log P indique qu'il n'est pas bioaccumulable dans les tissus des organismes aquatiques.
Le malathion est faiblement toxique chez les oiseaux exposés par voie orale (DL50 de 1 485 mg/kg p.c. chez le canard colvert).
Cet insecticide est hautement toxique chez les abeilles avec une DL50 aiguë par contact de 0,20 µg/abeille.
Faible

Le malathion s'hydrolyse rapidement à pH 7 (demi-vie de 6,2 jours) et à pH 9 (demi-vie de 12 heures). Cette réaction est beaucoup plus lente à pH 5 (demi-vie de 107 jours). En milieu neutre et alcalin, l'hydrolyse constitue donc une voie importante de dégradation. Le malathion se photolyse très lentement dans l'eau (demi-vie de 94 jours) et à la surface du sol (demi-vie de 173 jours). Il est faiblement persistant dans le sol en condition aérobie (demi-vie de 4 heures à 2 jours) et en condition anaérobie (demi-vie de 2,5 jours). Il est faiblement persistant à modérément persistant dans l'eau en condition aérobie (demi-vie de 8 heures à 55 jours) et faiblement persistant en condition anaérobie (demi-vie de 2,5 jours). Ses principaux produits de dégradation sont le malaoxon, l’acide monocarboxylique de malathion, l’acide dicarboxylique de malathion et l’acide monocarboxylique de déméthylmalathion.

Le malaoxon s’hydrolyse rapidement (demi-vie de 8,8 jours) et est non persistant dans les sols en condition aérobie (demi-vie de 3,5 à 6,5 jours). L’acide monocarboxylique de malathion est non persistant au sol en condition aérobie (demi-vie de 2,8 à 17,3 heures) et en condition anaérobie (demi-vie de 11 jours). Il est non persistant dans l’eau en condition aérobie (demi-vie de 3 à 4 jours). L’acide dicarboxylique de malathion est non persistant dans le sol en condition aérobie (demi-vie de 1,2 à 5,3 jours) et dans l’eau en condition aérobie (demi-vie de 15 à 17 jours).

Faible

La valeur de la constante d'adsorption sur le carbone organique (Koc) du malathion varie de 151 à 183 ml/g. Elle indique qu'il est modérément mobile dans les sols. Son potentiel de lessivage est faible, en raison de sa faible persistance. Il a tout de même été détecté dans l'eau souterraine aux États-Unis. Le malathion peut contaminer l'eau de surface par dérive lors de l'application ou par ruissellement. Sa constante de la loi de Henry indique qu'il a un faible potentiel de volatilisation à partir des sols humides et de l'eau (H = 1,2 x 10-7 atm.m3/mol).
Selon l’ARLA, le malaoxon, l’acide monocarboxylique de malathion et l’acide dicarboxylique de malathion devraient avoir une mobilité élevée dans le sol. Des résidus de malathion pourraient donc atteindre les eaux souterraines.