Accueil > Effets toxiques des matières actives > Fiche

Effets toxiques des matières actives


Information
153719-23-4
thiamethoxam, thiaméthoxam
Insecticide
Néonicotinoïdes
4A
Agonisme/antagonisme des récepteurs de l’acétylcholine. Fixation sur le récepteur nicotinique de l’acétylcholine, avec interruption de la transmission de l’influx nerveux.
Légende : Extrêmement Élevé
Extrêmement
élevé
Élevé
Élevé
Modéré
Modéré
Léger
Léger
Faible
Faible
Signification des symboles de risque

Le thiaméthoxame est légèrement toxique par la voie orale et par inhalation et il possède une faible toxicité par la voie cutanée. Il est peu ou pas irritant pour la peau et les yeux et il ne cause pas de sensibilisation cutanée.
Il n’y a aucun signe d’oncogénécité après administration chronique de thiaméthoxame à des rats. Des effets de toxicité systémique sont observés chez les 2 sexes, soit une néphropathie chronique et de l’infiltration lymphocytaire au niveau des reins chez les mâles, une baisse du gain de masse corporelle, des lésions chroniques au niveau des tubules rénaux et des foyers d’altération cellulaire hépatique chez les femelles. Chez la souris, l’organe cible principal est le foie (hypertrophie hépatocellulaire, nécrose d’hépatocytes isolés, infiltration lymphocytaire et pigmentation (subchronique) ou hyperplasie (chronique) des cellules de Kupffer); les mâles étant plus sensibles que les femelles. L’administration répétée entraîne l’apparition de tumeurs hépatiques, bénignes et malignes, chez les deux sexes. Le produit a déjà été classé cancérigène probable chez l’humain en raison de la réponse tumorigène chez cette espèce. Cependant, il appert, suite à de nouvelles études,  que seule la souris est sensible au mode d'action conduisant au développement des tumeurs, non observées chez le rat. Comme les humains possèdent un profil métabolique semblable à celui du rat, il a été établi que le risque de cancérogénicité devrait être très faible.

Chez le chien, les testicules apparaissent comme le principal organe cible (diminution de la masse des testicules; réduction de la spermatogenèse; incidence minime à modérée de cellules spermatiques géantes dans les testicules). L’atrophie des tubules séminifères est observée chez un mâle traité à la dose supérieure. On constate également à cette dose une diminution de la masse des ovaires, associée à un retard dans la maturation de ceux-ci. Dans des études sur le développement des rats et des lapins, les fœtus n'ont pas démontré de sensibilité accrue comparativement aux mères. Par contre, dans une étude sur la toxicité pour la reproduction chez le rat s’étalant sur deux générations, l’atrophie des tubules séminifères est constatée dans la génération F1 en l’absence de toxicité systémique parentale, ce qui pourrait refléter une plus grande sensibilité qualitative et quantitative chez les jeunes. Les seuls animaux chez lesquels on observe cette atrophie sont ceux qui ont été exposés au thiaméthoxame à la fois dans l’utérus et après la naissance. L’atrophie des tubules séminifères est cependant observée chez des chiens adultes dans le cadre de deux études, l’une de 90 j et l’autre d’un an. Dans la deuxième étude de toxicité sur le plan de la reproduction chez le rat s’étalant sur plusieurs générations, on observe une diminution du nombre de spermatozoïdes chez les mâles F1 en l’absence de toxicité systémique chez les parents. Cependant, on ne connait pas les effets que pourraient avoir l'atrophie des tubules sur la génération suivante. Un certain nombre de paramètres sont modifiés chez diverses espèces après un traitement au thiométhoxame de durée variable, ce qui montre une interaction possible avec les systèmes endocriniens. Des signes indicateurs d’effets sur le système endocrinien ont été observés pour l’ensemble des espèces et des durées d’exposition.

Le thiaméthoxame est pratiquement non toxique chez les organismes aquatiques

Il est légèrement toxique chez les oiseaux exposés par voie orale. Il est faiblement toxique chez les oiseaux exposés par voie alimentaire.

Le thiaméthoxame est toxique chez les abeilles (DL50 par voie orale de 0,005 µg/abeille et DL50 par contact de 0,024 µg/abeille).

Élevée

Le thiaméthoxame est faiblement persistant à persistant dans les sols en condition aérobie (demi-vie de 7 à 3 727 jours). Il est faiblement persistant dans l’eau en condition aérobie (demi-vie de 7,2 à 24 jours) et faiblement persistant à modérément persistant en condition anaérobie (demi-vie de 12,6 à 39,8 jours). Cet insecticide résiste à l'hydrolyse en milieu acide et s’hydrolyse lentement en milieu neutre (demi-vie de 559 à 939 jours). Par contre il est rapidement hydrolysé en milieu alcalin (demi-vie de 4,1 à 8,0 jours à pH 9). La photolyse du thiaméthoxame en milieu aqueux est rapide avec une demi-vie de 0,76 à 7,8 jours. Ce mécanisme de réaction est plus lent à la surface du sol (demi-vie de 79 à 97 jours).

Les produits de transformation principaux du thiaméthoxame sont le CGA 322704 (clothianidine) et le CGA 355190. Dans le sol en condition aérobie, la clothianidine est faiblement persistante à persistante (demi-vie de 11 à 5 357 jours) alors que le CGA 355190 est faiblement à modérément persistant (9,16 à 89,7 jours). Dans l’eau, la clothianidine est faiblement persistante à persistante en condition aérobie (demi-vie de 9 à > 181 jours) alors qu’elle est faiblement persistante en condition anaérobie (demi-vie de 5 jours).

Élevé

La constante d'adsorption sur le carbone organique du thiaméthoxame varie de 33 à 177 ml/g. Ceci indique qu'il est mobile à modérément mobile dans les sols. Son potentiel de lessivage est élevé. Ce produit possède les propriétés propres aux substances susceptibles de contaminer l'eau souterraine.

Les produits de transformation principaux du thiaméthoxame sont mobiles à modérément mobiles (koc de 60 à 345 ml/g pour la clothianidine et de 28 à 125 ml/g pour le CGA 355190).